Les Artistes 

 

steve-photo2
Steve Fragnière
(1979) – Vit à Sorens (Fribourg) et travaille à l’Ecole de musique de Saanen Obersimmental depuis 2007. Après une formation technique de 4 ans à l’Ecole des métiers de Fribourg, il opte résolument pour une orientation musicale. Claude Schneider fut son premier professeur de guitare au Conservatoire de Fribourg, puis le guitariste Vinz Vonlanthen et le pianiste Thierry Lang contribuent à sa formation à l’Ecole de jazz de Montreux et Lausanne où il effectue la filière « performance » et « pédagogie ». Il a suivi des Master Class avec des musiciens comme Larry Coriell, Ben Monder, BB King,…

En 2003, il a le privilège d’être choisi pour se rendre en Pologne, à Cracovie afin de représenter l’Ecole de jazz de Montreux et Lausanne à un meeting de jazz international de l’IASJ (International Association of Schools of Jazz) présidé par Dave Liebman. Il joue actuellement dans différentes formations allant du jazz au rock en passant par le free jazz ou la chanson. Il achève sa formation de guitariste à la Haute Ecole de jazz vaudoise et présente ses premières compositions originales avec le Projet Bouvier lors des examens pour l’obtention de son diplôme en filière instrumentale. Suivent plusieurs créations  dont Plan B, le Corridor’s Band, le Projet Netton Bosson, Silent dog, le Cochard, Dougoud, Fragnière trio (C, D et F trio), différentes comédies musicales avec la maîtrise de Romont ou encore le chœur d’enfants « Les Giblotins » d’Avry-devant-Pont, des compositions pour la troupe de théâtre « Les Tréteaux de Chalamala » de Bulle. Il joue également de la contrebasse.

s_fragniere@hotmail.com


 

écouter des extraits (enregistrement live)

 

Projet Netton Bosson, à la Spirale, Fribourg (2012)

La Lettre

L’étranger

Grand Louis

Sébastien

 


Benjamin Ruffieux (1984) se forme à l’école de photographie de Vevey et débute son activité de photographe dans la presse, à l’âge de 19 ans. Il part en bateau à 23 ans.

Il vit entre la mer et le canton de Fribourg et navigue avec pour but la création. Vivre près des éléments, à l’intérieur de son sujet. Pour lui, un écrivain ne peut pas parler de la mer sans la vivre. Vivre en mer, naviguer fait donc parite de son job.

Il commence à écrire des chroniques (textes et photo) pour le quotidien La Liberté en 2007, ce qui le lance définitivement sur le chemin de l’écriture. Benjamin a publié en tant qu’écrivain et photographe deux livres, les Carnets de mer. Il navigue, écrit et photographie. Et travaille depuis 2015 sur un sujet, un lieu : l’archipel du Svalbard.

Pour Benjamin Ruffieux l’écriture et la photographie sont deux moyens d’expression qui vont de paire, se complètent en s’aiclairant. Lecteur assidu, il écrit depuis l’adolescence, publie ses premiers textes dans le journal de son cycle d’orientation.

La photographie ayant pris le dessus lors de son choix professionnel (le journalisme, second choix, ne lui semblait pas offrir suffisament de liberté d’expression), il n’a pas pour autant renoncé à y recourir pour parler de ce qu’il vit et ce qu’il voit.

Benjamin Ruffieux se donne pour mission de réinventer la littérature de voyage, parce que d’après lui le voyage ayant évolué, son écriture doit le faire également. Il s’intéresse au journalisme d’immersion, au récit poétique, aux gros mots et à l’aventure en général, physique, humaine ou mentale.

Benjamin Ruffieux est également le skipper du Knut, voilier de l’association MaréMotrice.

www.benjaminruffieux.ch / benjamin@maremotrice.ch

ben-par-m-knobel©Martin Knobel

meline-photo

Mélina Repond

Mélina Repond (26.08.1981) a grandi en Gruyère. A 16 ans, elle s’embarque au CERULEUM (école préparatoire de dessin située à Fribourg) avant de poser ses crayons à Sierre pour se former en scénographie à l’école d’Art du Valais.

Après une saison d’alpage avec une amie, elle se retrouve d’un coup à Paris pour y suivre les cours du Laboratoire du Mouvement à l’école Jacques Lecoq. Passage clé pour l’artiste qui y tisse son réseau dans le milieu théâtral et scénographique. De Paris elle s’envole pour Buenos Aires où, avec la scénographe argentine Azul Borenstein, elle travaille sur une dynamique des formes au service du théâtre. De retour en Suisse en 2005, elle se passionne pour la gravure et en fait sa profession. Mélina effectue de nombreux voyages en mer depuis 2011. Son port d’attache est à Bulle.

Diverses publications et expos. Sa dernière exposition, avec Benjamin Ruffieux : Svalbard by Night, à la Galerie Trace-Ecart à Bulle, Suisse, date du printemps 2016.

Mélina Repond a illustré en gravure le deuxième tome des Carnets de Mer en 2011. Elle effectue également divers projets d’illustration. Mélina explore et détourne depuis quelques années les techniques purement manuelles de la gravure (sur bois, estampe, manière noire) pour en élaborer son langage graphique et contemporain.

Elle s’intéresse de près à l’Océan, et particulièrement aux régions polaires, depuis 2011.

Mélina Repond est présidente d’une association qui organise, entre autres, des résidences d’artistes à bord d’un voilier, le Knut. www.maremotrice.ch

melina@maremotrice.ch

ours

naufrage

ville